Ethnic Violence resumed in Kibirizi

North Kivu: timid resumption of activities in Kibirizi after ethnic tensions activities have resumed Wednesday, July 20 in the morning to Kibirizi after ethnic tensions observed in this Rutshuru territory (North Kivu). These tensions were triggered after seven people were killed and five others wounded during an incursion of armed men on the night of 18 July. FARDC say they have control of the whole situation; so that the provincial authorities of North Kivu, they are considering security measures yet they keep secret. Soldiers on night patrol said they crossed in the night before, a group of youths armed with knives. They swore to vengerdes community members, killed the night of Monday to Tuesday by desmiliciens. To discourage the military launched warning shots and the protestors dispersed. A young man of twenty years was shot in the abdomen. He is currently admitted to care in Kibirizi health center. According to local sources, two houses were burnt by unknowns, in the same night. For now, all members of the Hutu community Kibirizi accused of planning the incursion with the support of the FDLR, abandoned their homes. Some would be directed to the town of Bambu, about thirty km south Kibirizi; while others have found refuge in the camp of the FARDC. On the night of July 18, seven people were killed and five others wounded in a raid of gunmen. Some communities attribute the attack to the FDLR rebels allied with the Mai Mai Nyatura. But the delegate deputy official of the governor of North Kivu said to follow the investigations to identify the attackers.


Nord-Kivu: reprise timide d’activités à Kibirizi après des tensionsethniques Des activités ont timidement repris mercredi 20 juillet dans la matinée, àKibirizi, après des tensions ethniques observées dans cette localité duterritoire de Rutshuru (Nord-Kivu).Ces tensions ont été déclenchées après que sept personnes avaient été tuéeset cinq autres blessées lors d’une incursion d’hommes armés, dans la nuit du 18juillet.Les FARDC disent avoir le contrôle de toute la situation ; alors queles autorités provinciales du Nord-Kivu, elles, envisagent des mesuressécuritaires qu’elles gardent encore secrètes.Des militaires en patrouille nocturne affirment avoir croisé, dans la nuitdernière, un groupe de jeunes munis d’armes blanches. Ils juraient de vengerdes membres de leur communauté, tués la nuit de lundi à mardi dernier, par desmiliciens.Pour les dissuader, l’armée a lancé des tirs de sommation et lesmanifestants se sont dispersés.Un jeune homme d’une vingtaine d’années a été blessé par balle au niveau del’abdomen. Il est actuellement admis aux soins au centre de santé de Kibirizi.D’après des sources locales, deux maisons ont été incendiées par desinconnus, dans la même nuit.Pour l’instant, tous les membres de la communauté Hutu de Kibirizi, accusésd’avoir planifié cette incursion avec l’appui des FDLR, ont abandonné leurshabitations. Certains se seraient dirigés vers la localité de Bambu, à une trentaine dekm au Sud de Kibirizi; alors que d’autres ont trouvé refuge au campement desFARDC.Dans la nuit du 18 juillet, sept personnes étaient tuées et cinq autresblessées dans une incursion d’hommes armés. Certaines communautés attribuentcette attaque aux rebelles des FDLR coalisés avec les Maï-Maï Nyatura.Mais, le fonctionnaire délégué-adjoint du gouverneur du Nord-Kivu ditpoursuivre des investigations pour identifier ces assaillants.